Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La groupie de Prince pleure.

Elle était Sa super-groupie.

Elle voulait être unique.

Les voyages transatlantiques,

Les messages intergalactiques,

Les attentes dans les files éclectiques,

Les demandes apocalyptiques

Ont porté leurs fruits.

Un jour, elle reçut une invitation :

Elle devenait VIP.

Il reconnaissait son abnégation.

Il l’acceptait dans son giron.

C’était la consécration.

Toutes ses heures écoulées,

Toutes ses larmes cachées,

Toutes ses espérances idéalisées,

Tous ses rêves fantasmés

Devenaient réalité.

Quand il se produisait

Devant un petit comité,

Elle était là, elle l’admirait.

Elle entrait à Minneapolis,

Dans ce bunker sans police.

Elle le suivait à Las Vegas

Dans son palais de glace.

Si c’était lui qui voyageait

Hors des USA,

Il ne l’oubliait jamais,

En Europe ou au Canada.

Toujours un carton d’invitation,

C’était son don.

Lui sans elle ?

Elle sans lui ?

Ils étaient fusionnels,

Surtout passionnels.

Lui adorait être admiré,

Elle adorait être acceptée.

Il avait besoin d’admirateurs,

Elle avait besoin d’un protecteur.

Son génie musical était adulé,

Sa création récompensée.

Elle, elle voulait rêver

Le meilleur moyen de s’échapper

De cette vie ingrate et non souhaitée.

Imaginez son anéantissement

Quand il mourut subitement.

Quel choc ! Quel étonnement !

Sa raison de vivre, sa vie

S’écroulaient totalement.

Elle avait perdu sa boussole.

Avait-elle bien lu ? N’était-elle pas folle ?

L’incroyable se produisit,

La douleur l’étreignit.

Pourquoi ne voulait-il plus vivre ?

Il la laissait là, esseulée,

En rade, sur le bas-côté,

Ne voyant plus son étoile éclairée

Qui lui indiquait d’un rai

La direction qui l’apaisait.

Elle sombra dans la cécité.

Pendant l’épidémie du SIDA

Qui causait tant de dégâts,

Elle n’admettait pas

Qu’un virus tue ici-bas.

Elle criait à tue-tête

Que les scientifiques, sont-ils bêtes !

Avaient inventé cette explication

Et mentaient à la population.

Qu’il se présente, celui qui ose,

Dire que son idole est morte d’over-dose !

Elle lui dira ses quatre vérités

Et niera la réalité.

Mais sa passion pour son dieu durera

Jusque dans l’éternité.

Elle poursuivra avec ténacité

Son admiration démesurée.

Quand la blessure cicatrisera

Elle reprendra le combat

Pour que la star ne disparaisse pas

Dans l’oubli et le trépas.

Elle avait retrouvé son utilité.

Euréka !

Brigitte Masson

«Je n’ai pas rencontré Mozart, je n’ai jamais rencontré Duke Ellington ou Charlie Parker, je n’ai jamais rencontré Elvis. Mais j’ai rencontré Prince»

U2, Bono

English translation:

Was his super-groupie.

She wanted to be unique.

Transatlantic travel,

Intergalactic messages,

Expectations in the eclectic files,

Applications apocalyptic

Have borne fruit.

One day, she received an invitation:

She became VIP.

He recognized her sacrifice.

He accepted her in his lap.

It was the consecration.

All the hours passed,

All her tears hidden,

All her idealized expectations,

All her dreams fantasized

Became reality.

When he played music

Before a small committee,

She was there, she admired.

She entered in Minneapolis,

In this bunker without a police.

She followed him to Las Vegas

In his ice palace.

If it was him who was travelling,

Outside the US,

He never forgot her,

In Europe or Canada.

Always an invitation,

It was his gift.

Him without her?

Her without him?

They were fusional,

Especially passion.

He loved to be admired,

She loved to be accepted.

He needed admirers,

She needed a protector.

His musical genius was revered,

Its creation rewarded.

Her, she wanted to dream,

The best way to escape

This ungrateful and unwanted life.

Imagine her frustration

When he died suddenly.

What a shock!

What a surprise!

Her reason for living his life

Collapsed completely.

She had lost her compass.

Had she read? Was she not crazy?

The unbelievable happened,

Pain hugged.

Why did he go on living?

He left her there, lonely,

Stranded on the side.

Not seeing his star lit

Which showed her a rai,

The direction that soothed.

She sank into blindness.

During the AIDS epidemic

Which caused so much damage,

She did not admit

A virus kills earth.

She shouted loudly, Scientists, they are stupid!

They invented this explanation

And lied to the people.

It stands, one who dares,

Saying that her idol died of over-dose!

She will tell him a few home truths

And deny reality.

But her passion for his god will last

Into eternity.

She pursued tenaciously

Her boundless admiration.

When the wound heals

She will resume the fight

For the star does not disappear

Into oblivion and death.

She had regained her usefulness.

Eureka!

Tag(s) : #musique et poésie

Partager cet article

Repost 0