Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les autoritaires.

Les autoritaires.

Quelle est la limite entre l’autorité et l’autoritarisme ?

Les victimes aimeraient pouvoir le faire taire.

« Chut ! Tais-toi ! Tu n’es pas Voltaire !

Et de plus, tu es velléitaire.

Tu as beau user de vocabulaire,

Tu as beau être super volontaire,

Il y en a beaucoup comme toi : autoritaire ! »

On le trouve partout !

Dans les bambous,

Parmi les mérous,

Dans des trous…

Il espionne tout.

Il n’aime pas les contestataires.

Pour lui, ce sont des pions, au contraire.

Il les déplace au gré de ses humeurs,

Comme on déplace un accroche cœur.

Il provoque les crises.

Pire ! Il les attise.

Il faut, coûte que coûte, faire céder,

Sans montrer sa vulnérabilité.

Telle est sa volonté.

Victimes ! Surtout ne jamais contester !

Croyez-en son expérience.

L’autoritaire n’abuse pas de prévenance,

Mais principalement d’abus de férocité.

Car il est terriblement jaloux.

Il croit même manquer de scoubidous !

Il rend les victimes malheureuses,

Mais il a peut-être une vie affreuse.

La victime ? Il peut la flatter

Ou subitement la critiquer.

Si elle dit « Rouge ! », par plaisir,

Il cherchera à la contredire.

Devant elle, il flatte.

Il faut qu’il l’abatte.

Les autoritaires.

Il n’a qu’une obsession.

Il ne la crie pas sur les balcons.

Il adore aplatir sa proie.

Il se moque de son désarroi.

Cela stimule son surmoi.

« Si quelqu’un doit être aux abois,

Ce ne sera pas moi ! »

De tout, il se plaint.

Dans le secret, il geint.

Il ronge sa vie

Et déteste l’ennui.

Autour de lui, il aime voir pleurer.

Il ne supporte pas l’idée

D’être exclu des intimités.

Son souffre-douleur ne doit rien cacher.

Tel un vampire, il suce,

Non pas le sang, mais la vitalité

De ses jouets, ça l’empêche de tomber.

C’est son antidépresseur, son astuce.

S’il suffisait de tout faire pour lui plaire,

Cela serait extraordinaire.

Mais, hélas, son humeur varie

Et ses désirs aussi.

Il exige,

Il oblige,

Il inflige,

Il fustige.

Les autoritaires.

Quel est le mobile d’un tel arrivisme ?

Veut-il satisfaire son égocentrisme ?

Veut-il lutter contre la dépression ?

Veut-il s’accaparer toutes les impressions ?

Vous pouvez le croiser sur votre chemin.

Malgré lui, vous penserez ce que vous voudrez.

Sans lui, vous vivrez où vous souhaiterez.

Vous ferez tout ce que vous voudrez, c’est certain !

Tag(s) : #mes poésies

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :